Bonjour,

À l’appui de ce nouvel enregistrement, et en cette période si particulière que nous vivons depuis quelques mois, où pendant ce long confinement, nous avons eu le temps de prendre la mesure de notre impact sur l’environnement, de ses conséquences, de l’impérieux besoin de changer de paradigme, et alors qu’il est beaucoup question du « monde d’après », j’ai envie de partager avec vous cet extrait d’un satsang de Swami Paramatma, qui fait écho à ce que je vous ai proposé la semaine dernière. Vous verrez que ces propos ont une dizaine d’années et sont on ne peut plus d’actualité !

Je vous en souhaite bonne lecture.

« Notre devoir d’écologie » – extrait du Satsang du 29 avril 2010, donné par Swami Paramatma.

« Notre devoir d’écologie est grand, d’abord vis-à-vis de nous-même et de notre famille, mais cela doit bien sûr aller au-delà de cette sphère privée. La souffrance de voir notre environnement se modifier est réelle car le processus entamé est évident, il est en notre pouvoir de changer cela.

L’enjeu le plus important est de mieux comprendre notre processus mental et la manière dont nous nous identifions à ce dernier qui, malheureusement, est chargé d’innombrables erreurs de connaissances. C’est la raison pour laquelle le besoin d’avoir un yoga scientifique est important. Nous devons essayer d’avoir le moins possible d’erreurs dans la connaissance du réel d’aujourd’hui, qui sera différent du réel de demain.

Télécharger

Je ne parle pas de vérité, je parle de réel c’est-à-dire de l’état de notre connaissance d’aujourd’hui.

Dans dix ans, le réel sera encore différent parce que nous aurons fait de nouvelles découvertes. Notre connaissance potentielle de la réalité est amenée à se modifier jour après jour.

C’est lorsque nous avons une croyance ou une connaissance fausse que cette évolution est figée.

Nous percevons à travers notre mémoire, et si cette dernière est limitée par des connaissances fausses ou par des croyances, alors notre contact avec la réalité est biaisé, nous sommes dans l’illusion.

Je pense qu’il est de notre devoir de nous passionner individuellement dans la compréhension du fonctionnement de notre nature. Nous aurons alors toutes les chances pour que l’impact de notre collectif sur la nature soit plus respectueux des qualités de la nature, au lieu d’être respectueux des défauts de l’humain.

Le yoga est destiné à nous faire agir et à nous permettre de mettre dans nos vies un minimum de partage. C’est-à-dire de faire en sorte que la bijection entre l’individu et la société soit réellement une bijection et non pas une injection.

Le lien doit être activé dans les deux sens et pas seulement dans le sens de l’ego. Mais de même qu’il faut jeter un caillou en un point précis pour voir des ondes se former dans l’eau, il faut commencer ce travail sur soi, pour se sentir au centre des changements souhaités. »

Je vous souhaite également une bonne pratique de Hatha Yoga avec ce nouveau support dans lequel vous aurez bien sûr, la pratique de Kaya Sthairyam pour vous intérioriser et éveiller la conscience, les asanas et pour finir un Yoga Nidra, contenant une pratique de Nadi Shodana Pranayama, que vous ferez de manière psychique.

Il s’agit du pranayama équilibrant, par excellence !

Yogiquement,

Swami Vidya Shakti

Nicole

Retour à la bibliothèque