Bonjour,

Cette pratique s’appuie sur la la maitrise du souffle et la répétition d’un mantra en l’occurrence, le mantra So Ham.

L’apprentissage de la maîtrise du souffle présente l’intérêt majeur de permettre le contrôle et la pacification du mental.
Et quand on contrôle le souffle, on désamorce d’autant la force de notre système émotionnel.
Un mantra sert à observer et libérer son mental.

Quand on répète un mantra, ce n’est pas pour bloquer le processus des pensées. Bien au contraire, on s’autorise à observer ses pensées c’est-à-dire à voir tout ce qui se manifeste en dehors de la vibration régulière du mantra.
Il faut essayer de devenir témoin de ce qui arrive, c’est l’attitude à développer par la pratique des mantras.

Étouffer le mental, c’est tuer la vie.
Supprimer une émotion, c’est détruire la base même de votre ambition et de votre désir de vivre.
Ainsi, quand vous pratiquez un mantra, soyez conscient de tout ce qui se passe dans votre champ mental.

Télécharger

La répétition d’un mantra va donc permettre d’évacuer la pression mentale et c’est un support de concentration parfait pour maintenir la conscience en éveil, pour observer en restant neutre.

La conjugaison d’un contrôle du souffle avec la répétition d’un mantra va donc être particulièrement efficace pour pouvoir faire face à son mental, observer son fonctionnement, modifier sa qualité vibratoire et le conduire vers un état de paix.

Cette technique est la lus aisée et la plus sûre pour provoquer prathyahara, le retrait des sens : il s’agit de diriger toute son attention à l’intérieur en se coupant des objets extérieurs.

Les sens, c’est ce qui nous permet de communiquer avec l’extérieur.
Quand on pratique prathyahara, c’est à dire lorsque l’on s’engage dans une voie d’intériorisation, on tourne l’expression du langage sensoriel à l’intérieur de soi.

Symboliquement, ceci est à l’image de la tortue qui rétracte, dans sa carapace, sa tête et ses membres, équivalent des cinq sens, dirigés à l’intérieur du corps.

On va ainsi se servir de l’ouie, pour écouter le bruit de la vibration du mantra, du toucher pour sentir le passage de l’air dans la gorge, de la visualisation du trajet de la respiration dans un passage psychique que l’on imagine, mais que l’on peut aussi voir et sentir. Ceci grâce au mental qui est un 6° sens, un hyper sens : c’est le gestionnaire des cinq autres, et il est capable de percevoir des choses psychiques.

Ajapa Japa, que vous allez expérimenter dans une de ses premières phases, est une pratique tout a fait essentielle, que je vous invite à vous approprier car nous en avons un réel besoin. Elle fait l’effet d’enlever la soupape de la cocotte minute pour libérer la pression mentale.

Bonne pratique.

Nicole

Swami Vidya Shakti.

Retour à la bibliothèque